Marché occitan et 9e édition du Mascaret à Bordèu

 

Depuis le 25 septembre et jusqu'au 7 novembre 2020 se tient à Bordèu et dans ses environs la 9e édition du Festival Mascaret, organisé par l'Ostau Occitan. C'est dans ce cadre que s'est tenu le marché occitan samedi 17 octobre, place Fernand Lafargue, au cœur de la cité gasconne. Un peu plus restreint et un peu moins dense que d'ordinaire, conditions sanitaires obligent, le marché a malgré tout attiré du monde autour de différents producteurs sensibilisés à la langue occitane, apiculteur, ostréiculteur, viticulteur ou encore fromager étaient ainsi présents. Alors que militants associatifs et curieux se côtoyaient, le Front Populaire pour la République Occitane (FPRO) a distribué des tracts rappelant aux Bordelais.es que leur ville s’enracinait profondément dans l'Histoire occitane.

 

En images :

 

 

Dans un contexte de couvre-feu épargnant les villes gasconnes au moment des vacances scolaires, Bordèu se prépare à nouveau à accueillir sa foule de Franciliens qui, fuyant la capitale, viennent, comme cet été, se réfugier dans la région. Outre les conséquences sanitaires terribles, ce processus contribue encore et toujours à faire de Bordèu une ville de moins en moins consciente de ce qu'elle est. Avec l'arrivée de la nouvelle mairie écologiste, les associations espèrent un engagement des autorités municipales dans la promotion de la langue et de la culture occitanes. Malgré tout, le problème reste plus large, et si ce marché offre une « parenthèse » occitane aux habitant.e.s, il faut garder en tête que c'est à grands coups d'investissements immobiliers et de lobbying auprès de la mairie qu'une forme de « parisianisme » s'installe, aux dépends de l'Histoire de la ville.

Le Festival Mascaret se poursuit, notamment le 6 novembre avec la conférence « Oratorio pour Oradour », à l'Athénée municipale, quelques semaines après les attaques négationnistes menées contre le village martyr. Dans une époque où l'engagement militant progressiste se réduit d'une part et où l'extrême droite progresse dans les urnes et dans les esprits, il est plus important que jamais que les militants associatifs occitans continuent de mettre en valeur notre langue et nos traditions menacées sans arrêt depuis des décennies par les politiques centralistes françaises. Le tract diffusé par le FPRO appelait à la prise de conscience de l'ethnocide dont sont victimes de trop nombreuses nations à travers le monde, notamment dans l'Etat français. Défini comme la « destruction de l'identité culturelle d'un groupe, sans nécessairement détruire physiquement ce groupe (génocide) et sans forcément user de violence physique contre lui », la dernière étape majeure en date de l'ethnocide nous vient de la réforme Blanquer mettant en concurrence les langues dites régionales avec des options à coefficient plus fort : ainsi, une langue morte comme le latin se retrouve avec un coefficient supérieur à celui de l'occitan, et est de fait plus intéressante dans le calcul du résultat final au baccalauréat. Sans compter la suppression des emplois aidés ou les ouvertures de postes très limitées, les politiques sournoises de l'Etat jacobin continuent de s'en prendre à nos langues mourantes.

 

Cette situation témoigne cependant de l'extrême dépendance de nos associations et de nos professeurs à un Etat central qui ne souhaite que leur disparition. Ainsi, rapidement le culturel et le politique s'entremêlent, et seule une solution politique émanant d'une autorité occitane semble en mesure d'inverser la tendance. Pour y parvenir, il apparaît nécessaire que la population redécouvre ses origines occitanes et se défasse de l'idée qu'il n'existe rien d'autre que la France éternelle.

L'Ostau Occitan girondin, via son festival en offre l'occasion. La suite des activités proposées est à retrouver directement sur leur page Facebook ou sur leur site internet.

 

Legit 594 còps
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…